AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Rencontre inattendue. | Charlie

Aller en bas 
AuteurMessage
Aurélyen F. Woodsen

avatar

Messages : 71
Age : 30
Pseudo : /

MessageSujet: Rencontre inattendue. | Charlie   Dim 1 Nov - 16:32

    Le soleil était haut dans le ciel, les oiseaux chantonnaient gaiement, les nuages semblaient absent tandis que les amoureux promenaient main dans la main dans les ruelles d'Hesperia. Quel beau tableau utopique que nous voyons là, on se croirait presque au paradis des bisounours. Mais ne rêves pas les yeux ouverts, bande de manchots, derrière tout ça se cachait l'hypocrisie, les rumeurs et les petites pestes d'Hesperia. Bienvenue en Enfers ! Au centre de ce village se tenait l'université, point culminant de celui-ci où les étudiants allaient tranquillement en cours, pour assouvir leur soif de connaissances. Ou pas. Puis, certains élèves regardaient leur emploi du temps, se demandant si ça valait la peine d'aller en cours. Ce fut le cas d'Aurélyen. Prochain cours : droit. J'y vais, je n'y vais pas ? Telle était la question. Finalement, il prit la meilleure des décisions. Ne pas y aller. Dans sa chambre, il enfila rapidement un tee short blanc - lui collant légèrement à la peau - et un jeans délavés et décida d'aller profiter du beau temps. Peut être qu'il allait faire la connaissance de personnes Ô intéressantes, qui sait. Errant sans but autour de l'université, les mains dans les poches, ses pas le mena jusqu'au théâtre, endroit où il n'avait jamais encore été. Il allait continué son chemin, juste au moment où il entendit un bruit... Quelqu'un chantait. Un gars apparemment, et c'était plutôt beau à entendre... Il pénétra donc dans ces lieux inconnus - qui étaient après tout accessibles au public - et se dirigea vers cette voix, se demandant bien qui chantait. Puis, il n'avait rien mieux à faire.

    Et là, ce fut le choc. Il arriva dans les gradins, ayant donc une bonne vue sur la scène, et pu observé le chanteur... Charlie. Putain, Charlie. C'était le gars qu'il s'était tapé à une soirée un peu trop arrosée... Et il avait failli remettre le couvert dans les vestiaires, jusqu'au moment où l'un des gars les as surpris. Aurélyen aurait sans doute eu pas mal d'ennuis si Charlie n'avait pas dit que tout était de sa faute... Et qu'il était le seul fautif. Le tout était plus ou moins passé, et il lui valait une belle chandelle. Ce qu'il détestait bien sûr... Il ne devait généralement rien à personne. Depuis, chaque fois qu'il était en groupe et que Charlie avait la malchance de passer par là, il le traitait de tous les noms, et était froid et distant avec lui, malgré tout ce qu'il savait. Il soupira, et avança jusqu'à la scène. Toussant légèrement, il fit stopper net Charlie dans son élan, et s'arrêta de chanter.

    Alors comme ça tu chantes... Tu peux continuer, je serai ton spectateur.

    Souriant machiavéliquement, il avança, montant sur la scène, pour finalement se retrouver en face du jeune homme, à une cinquantaine de centimètres de lui, planta son regard dans le sien,plissant légèrement les yeux comme lui seul savait le faire pour désarmer ses victimes.

    Ce n'est pas dans mes habitudes de passer de la pommade aux gens, mais tu chantes plutôt bien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie McElderry

avatar

Messages : 57
Pseudo : Dutchy English

THE WAY YOU ARE.
▬ JUKEBOX: Wild Horses; Susan Boyle
▬ RELATIONSHIP:
▬ TO DO LIST:

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. | Charlie   Dim 1 Nov - 21:10

    S’il y avait une chose qui faisait oublier les soucis au jeune Ecossais, c’était bel et bien la musique. C’était sa passion première, contrairement au dessin qui le distrayait plutôt que de le détendre. Pourtant, il ne l’avait jamais révélé à quiconque. Seule une personne ici, était bel et bien au courant de ce talent caché, et il s’agissait de Quinn, qui était dans sa classe, étudiant elle aussi, les Arts. Hesperia était l’endroit rêvé pour dissimuler des secrets. Chacun en possédait au moins un c’était certain. Charlie n’avait jamais pris de cours de chant. Ca ne lui était jamais venu en tête. A moins qu’il y ait pensé, mais que son portefeuille le rappelle à l’ordre. Mais finalement la pratique était elle-même un cours. Il partait dans un autre monde lorsqu’il chantait, comme si personne d’autre n’existait, il se laissait transporter dans son bonheur passionnel, oubliant tous ses soucis.

    Charlie avait besoin de décompresser, car la vie s’avérait plus dure que ce qu’il pensait. Elle était dure car elle était un affront permanent. Il n’avait pas vraiment d’amis sur qui compter à chaque occasion, il y avait toujours quelque chose qui ne tournait pas rond, et chacun avait ses problèmes. Souvent seul, isolé, il ne s’y déplaisait pourtant pas, il pouvait se vider, à l’abri des regards, au-delà des blessures. Soudainement il eut une idée. C’était le moment idéal pour aller au théâtre, car il n’était pas occupé, et c’était l’endroit rêvé pour pouvoir s’entrainer à chanter, lui qui pratiquait seulement lors de ses petites prestations au pub, pour se faire de l’argent en s’amusant. Sortant de cours, n’étant pas convaincu par ce qu’il venait d’entendre, il se pressa, déchirant la feuille qui lui avait servi de support à dessin, plutôt que de noter le cours, et la balança dans une poubelle. Quittant les bâtiments de cours rapidement, il leva son sac en bandouillère, lorsqu’il arriva à proximité du théâtre et pénétra dans les lieux. Heureux de savoir que c’était vide, il descendit aussi rapidement que ce qu’il le put. Il suivait le doux rêve de finir artiste sur la scène, faisant de sa passion, un métier un vrai, contre l’avis de ses proches – proches qui l’avaient renié parce qu’il était gay. Par orgueil, il entretenait tout ça, dans l’espoir un jour, de les émerveiller et de les faire taire.

    S’avançant sur la scène, il attrapa un micro derrière le rideau, et commença à chanter cette chanson d’Otis Reading, These Arms of Mine. Il attaqua la chanson se mettant dans le bain comme si la bande son défilait, oubliant même qu’il était sur une scène vide. Mais il ouvrit les yeux à un moment critique. Devant la scène se trouvait…Aurélyen. Que faisait-il ici ? Et depuis quand était-il là ? Il l’ignorait. Il semblait en revanche perturbé de le voir là, et il s’arrêta net. Le regardant comme à la recherche d’une quelconque raison de sa venue. Il n’oubliait pas les insultes qu’il proférait à son égard, qui sonnaient faux, mais qui lui faisaient tant de mal. Lui qui l’avait défendu, il comprenait peut être le fait qu’il veuille s’éloigner un moment de lui, mais il n’était pas obligé d’aller jusque là.

    Paradoxalement, Aurélyen venait de se mettre en tête de lui faire des compliments. Il était peut être sincère son compliment, mais l’Ecossais avait du mal à le prendre en compte, en vue de la proximité de son amant d’un soir et demi. Il lui rétorqua, en détournant le regard d’Aurélyen, manquant d’assurance :
    « Qu’est ce que tu fais là ? Je croyais que je n’étais qu’une femmelette ambulante ? » Son regard se planta dans celui d’Aurélyen, plein de tristesse, peut-être même plus, il ne lui en voulait pas, mais pourquoi diable faisait-il tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélyen F. Woodsen

avatar

Messages : 71
Age : 30
Pseudo : /

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. | Charlie   Dim 1 Nov - 23:54

    Il fallait avoir une passion pour laquelle on donnait tout, à chaque fois. Tout ce qu'on avait au plus profond de nous même, quelque chose qui nous ferait chialer tellement on se donnerait à 200%. Quand on y pense, le jeune Anglais n'avait pas tellement de passion. Bien sûr, il jouait au foot. Mais pouvait-il appelé ça sa passion ? Ne dormait-il pas la veille d'un match ? Pas du tout. Il aimait ce sport, et il se débrouillait bien, mais ça s'arrêtait là. Jamais il ne se donnerait à 350% pour son équipe. Alors que Charlie lui, vivait pour sa passion. Il se réveillait avec des idées en tête, s'endormait avec ces mêmes idées concrétisées. Et rien que ça, ça inspirait le respect. Maintenant, jamais il irait lui dire ça. De plus, il chantait vraiment bien. Et il semblait douter de sa capacité à pouvoir émouvoir... Il devait pourtant le savoir, sa voix était harmonieuse et emplissait tout le théâtre. Il ne s'était pas bougé les fesses pour rien. Qu’est ce que tu fais là ? Je croyais que je n’étais qu’une femmelette ambulante ? Il soupira face à ces paroles des plus ridicules. Famellette... Il ne l'avait jamais traité ainsi. Si ? Oups, il avait dû oublié. C'était vrai que depuis ce dernière évènement, il n'avait cessé de l'insulter de tous les noms possibles et inimaginables. Et ce, devant toute l'équipe de foot bien sûr. Charlie aurait pu se défendre, rétorquer, l'envoyer chier, gueuler qu'il l'avait embrassé à pleine bouche. Mais non, rien. Quedal, nada. Il était bien trop gentil à son goùt. Et ça le rendait... Si... Charmant. Bref, ne nous gérons pas. Laissant quelques secondes après les paroles du jeune homme, il répondit, la voix froide.

    Put*in si c'est pour ça, vaut mieux te la fermer Charlie. J'te fais un compliment, tu le prends, et c'est tout.

    L'air plutôt agressif, un petit sourire apparut finalement sur son visage, tandis qu'il s'approcha dangereusement du jeune homme. Tandis qu'il avançait vers lui, Charlie reculait. Il recula tellement qu'il termina par se retrouve contre un mur, bloqué entre ce dernier et Aurélyen. Il approcha son visage du sien, et s'arrêta à peine à quelques millimètres. Je dois te remercier pour l'autre fois... Je n'en ai pas vraiment eu l'occasion. Lunatique ? Mais pas du tout. Aurélyen était complètement dingue. Il l'avait traité de tous les noms et là, il bloquait le jeune homme contre le mur... Il plaqua - avec douceur - une de ses mains sur la joue de Charlie... Il usa d'une certaine douceur et son regard changea également, devenant à son tour plus doux. Une autre personnalité du jeune homme, qu'il montrait à l'occasion... Même s'il pouvait devenir à nouveau le connard que tout le monde connaissait d'ici quelques secondes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie McElderry

avatar

Messages : 57
Pseudo : Dutchy English

THE WAY YOU ARE.
▬ JUKEBOX: Wild Horses; Susan Boyle
▬ RELATIONSHIP:
▬ TO DO LIST:

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. | Charlie   Lun 2 Nov - 1:13

    Charlie et Aurélyen. C’était aussi étrange que cela sonnait bien. Charlie était le parfait petit gay incarné. Chétif, sensible, artiste, torturé, tout ceci incarnait parfaitement la personnalité de l’Ecossais, qui pourtant ne le cherchait pas. Mais il avait toujours été comme ça. De l’autre côté, il y avait Aurélyen, bisexuel joueur de foot talentueux, bourru à ses heures, lunatique, mec assumé. Ils étaient tous deux opposés, et pourtant les contraires s’attirent comme des aimants. Il y avait eu une première fois qui resterait gravée à jamais dans la tête de Charlie qui voyait ça comme une victoire, de voir un côté sensible chez Aurélyen, lui que tout le monde qualifiait de connard fini. Il ne l’était au final pas. Tout ça n’était que carapace, et Charlie avait réussi à la briser une fois, et presque deux. Ce n’était pas allé au bout, et ce qu’il y avait de bizarre, c’était que Charlie n’avait quasiment rien fait pour que tous deux se vouent une passion commune. Et tout les opposait. En revanche, quelque chose les liait : ils assumaient tous les deux parfaitement leur sexualité, même si ce n’était pas le cas pour d’autres choses. Ainsi Aurélyen venait de découvrir la passion de Charlie, et son talent par la même occasion. Ca gênait plus Charlie que le sportif, puisqu’il ne voulait pas que ça se sache, et maintenant qu’il le savait, il détenait quelque chose de plus sur lui, qu’il pouvait éventuellement mettre à profit, lors d’une prochaine moquerie entre potes.

    D’ailleurs Charlie ne s’était jamais défendu. Il avait toujours encaissé. Il assumait ce qu’il était, et ses actes. Il ne renierait jamais son orientation sexuelle juste pour se mettre à la hauteur des autres, et leur répondre c’était se rabaisser à leur débilité selon lui. Comme à son habitude, le jeune Woodsen répondit sur la défensive, vexé qu’il n’ait pas pris en compte son compliment. Ce à quoi Charlie répondit après avoir vu le sourire de ce dernier:


    « Je suis désolé, mais…je comprends pas. C’est le jour et la nuit ! Un jour tu m’insultes, l’autre jour tu me complimentes… »

    Méfiant, il vit alors Aurélyen s’approcher trop vite de lui, il recula. Mais chaque fois qu’il faisait un pas en arrière, il en faisait un en avant. Paniquant légèrement, ne savant pas quoi faire, il se crispa lorsqu’il constata que son dos venait de toucher le mur. Qu’attendait-il de lui au juste ? Il venait de le dire. Il voulait le remercier. Mais de quelle façon ? Sentant son cœur battre la chamade, le jeune Mc Elderry détourna une nouvelle fois le regard d’Aurélyen, sentant qu’il vacillait bien que son cœur danse la polka dans son corps, il dit presque à contrecœur :

    « Tu…tu n’es pas obligé…Après tout j’étais responsable aussi… »

    Il respira légèrement plus saccadé, lorsqu’il sentit la main d’Aurélyen sur sa joue. Attrapant celle-ci, il ferma les yeux, et il les rouvrit après un soupir, disant ainsi forcé :

    « Tu peux pas faire ça. Si quelqu’un te surprend avec moi de nouveau tu…vas en prendre plein la tête. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélyen F. Woodsen

avatar

Messages : 71
Age : 30
Pseudo : /

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. | Charlie   Lun 2 Nov - 2:44

    Deux êtres totalement différents. Deux personnalités à part entière. On se demandait même comment ils arrivaient à se côtoyer. L'un était frêle, chétif, du genre pas du tout sportif, artiste dans l'âme, chanteur, danseur, et gay à 350%. Cela ne se voyait pas au premier coup d'oeil, mais quand on y faisait un peu plus attention, on pouvait rapidement le savoir. De l'autre côté, il y avait Aurélyen. Joueur de foot talentueux, dragueur hors pair, plutôt beau gosse, musclé à point, un regard à tuer les vermines, macho, connard, légèrement salaud, dominant, lunatique et finalement, on pouvait ajouter une bonne couche de perversité. Et bien sûr, bisexuelle. Et il assumait parfaitement cette double sexualité. Ses amis le savait, l'équipe de foot aussi d'ailleurs, même si la plupart n'en parlait pas. Il avait assez de caractère pour leur tenir tête. Malheureusement pour eux, c'était le roi de la répartie. Inutile donc de s'approcher de lui pour dire des conneries. Et inutile de dire du mal de ses protégés, comme Shanee, une des rares filles qu'il ne voulait pas draguer, mais qu'il protégeait simplement, du moins qu'il essayait. Alors ouais Charlie ne devait plus rien comprendre. Encore hier il l'insultait devant les gradins, et aujourd'hui, il se retrouvait à 3 millimètres de son visage. Je suis désolé, mais…je comprends pas. C’est le jour et la nuit ! Un jour tu m’insultes, l’autre jour tu me complimentes… Sa réaction fut immédiate, il posa un doigt sur ses lèvres pour le faire taire. On s'en foutait du jour ou de la nuit. Il était comme ça, un point c'est tout, et c'était à prendre ou à laisser. Il y avait du négatif dans toute chose. Mais l'important n'était pas justement dans le positif ? Bonne pioche, il y avait du positif à revendre dans notre jeune Anglais. Il avança donc en vitesse, le bloquant rapidement contre le mur. Le problème avec Charlie, c'était que ses yeux le trahissait. Et aussi ses réflexes "naturelles". Tremblotement, peur, le cœur qui bat la chamade... Malheureusement pour lui, il avait l'oeil pour remarquer ce genre de choses. Alors que son regard resta planté dans le sien, il se disait également responsable... Souriant en coin, faisant sûrement un peu peur, il répondit, au tac - o - tac.

    Si tu es responsable, tu me dois quelque chose. Alors, tu veux toujours assumer la responsabilité ?

    Triomphant, n'espérant pas une réponse, le jeune homme - qui avait un an en plus que lui d'ailleurs - attrapa sa main qui était posée contre sa joue et la garda ainsi. Ses paroles étaient des plus douces, et des plus mignonnes. Ce qui avait bien sûr le don d'énerver Aurélyen. Il semble qu'il n'avait toujours pas compris les règles... Du moins qu'il ne savait pas à qui il avait à faire.

    La prochaine fois, gardes tes conseils pour toi. Ou mieux, va les appliquer ailleurs.

    Oui, il était un connard. Et en disant ça, il n'avait cessé de regarder Charlie dans les yeux, en utilisant l'un de ces regards froids... Quelques secondes plus tard, il retira sa main de sa joue, décalant par la même occasion son visage. Il fit marche arrière, et s'arrête au milieu de la scène, se laissant tomber par terre. Il mit ses deux mains derrière sa tête pour faire effet oreiller et regarda le haut, se taisant, attendant sans doute que Charlie le rejoigne. Ou pas. Dans le fond, qu'attendaid il ? Le cerner n'était pas chose facile...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie McElderry

avatar

Messages : 57
Pseudo : Dutchy English

THE WAY YOU ARE.
▬ JUKEBOX: Wild Horses; Susan Boyle
▬ RELATIONSHIP:
▬ TO DO LIST:

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. | Charlie   Lun 2 Nov - 22:47

C’était à en perdre la tête. Dans le grand théâtre, se perdre n’était pas un problème, il n’y avait qu’à regarder en l’air, et on se perdait dans l’architecture magistrale de ce théâtre qui rappelait le Globe de Shakespeare. Fermez les yeux, et laisser vous porter par l’atmosphère d’un théâtre, vous y découvrirez un tas de choses. Encore fallait-il avoir l’âme sensible, ce qui n’était pas donné à tout le monde. Peut être qu’on avait mal réparti le taux de sensibilité chez Charlie ? Tellement accru qu’il pourrait en revendre… Mais ici, dans le théâtre, il avait pensé rester seul pour tout l’après midi. Mais non. Aurélyen avait fait son entrée remarquée dans la tragédie de la vie du jeune Mc Elderry. Aurélyen qui avait tout du détestable pour Charlie, mais ça le rendait paradoxalement intéressant, intriguant, même presque adorable des fois. Qu’est ce qui clochait entre eux ? Charlie était le plus agé, et pourtant, on sentait une inversion des rôles, comme si c’était à Aurélyen de le protéger, bien qu’il l’ait défendu au moment où Aurélyen en avait le plus besoin. Et finalement, Charlie se demandait bien s’il avait eu raison .Que serait-il arrivé s’il n’avait pas pris les choses à son compte ? Comment Aurélyen s’en serait sorti ? Toutes questions qui restaient pour l’Ecossais sans réponse, aucune.

Il avait des crampes qui lui parcouraient tout le corps. La proximité était telle qu’il étouffait, il ne se sentait plus maitre de rien, son pouls s’accélérait un peu plus chaque seconde, tout lui échappait. Ses réactions étaient trop fortes, car il en souffrait, il n’avait pas choisi d’en arriver là, il aurait préféré finalement refuser de se rendre dans les vestiaires avec lui, comme il lui avait proposé. Mais quand on était attiré, on ne commandait pas. On cédait trop vite à la tentation. Et à ce moment-là c’était aussi dur que la dernière fois de se retenir. Le doigt d’Auré sur ses lèvres, il s’immobilisa, s’arrêtant de parler, le regardant comme si quelque chose clochait. Ce sourire le déstabilisait grandement, plus que n’importe quoi d’autre. Que signifiait-il ? N’était-il pas un signe de confiance ? Ou peut-être d’envie de voir Charlie souffrir une énième fois. Un peu contrarié, il se vexa légèrement :


« Alors pour toi ce que j’ai fait c’était un dû ? Te défendre c’est pas suffisant ? J’ai assumé ma part de responsabilité. Je disais juste ça parce que je ne veux pas que tu me rendes la pareille juste parce que je l’ai fait. C’était pas dans ce but là, Aurélyen. »

Et après ça, il n’eut pas beaucoup de temps pour se remettre de ses émotions que déjà, Aurélyen se prenait la tête avec les paroles de Charlie, qui pourtant avait simplement voulu une fois de plus protéger Aurélyen en se privant lui-même. Sa réaction le laissa pantois. Il ne semblait plus comprendre. Il prit une grande inspiration après que son ami et plus si affinités lui ait mis une grande claque faite de paroles, et ait retiré toute proximité entre eux. Sentant la pression se relâcher soudainement, il ne se contrôla plus et péta un câble :

« Les appliquer ailleurs ? Alors je suis juste un jouet d’une heure et puis après c’est bon on m’envoie dans un coffre à jouets pour plus jamais me ressortir ? Je pensais pas que tu irais jusque là, mais vas-y je t’en prie, amuses toi je suis là pour ça, insultes-moi, touches-moi, vexes-moi, t’en fais pas j’encaisse ! »

Il tapa son dos contre le mur du théâtre, violement, soupirant essayant de se calmer comme il le pouvait. Regardant avec regret Aurélyen allongé sur la scène, qui fixait le plafond comme subjugué. Soupirant un instant, il pensait même qu’il ne l’avait pas écouté, mais il ne put s’empêcher de se rapprocher d’Aurélyen et de s’installer à côté de lui, fixant à son tour, tête ancrée sur ses bras, le haut du théâtre.

« J’ai du mal à te cerner Auré…Qu’est-ce que tu veux à la fin ? »

Il n’avait pas quitté le plafond du regard, mais une larme coula le long de sa joue, ne comprenant plus rien, ayant besoin de décompresser. Trop d’accumulation le faisait saturer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélyen F. Woodsen

avatar

Messages : 71
Age : 30
Pseudo : /

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. | Charlie   Mar 3 Nov - 1:24

    Il y avait certes une mauvaise répartition du taux de sensibilité chez certaines personnes. Beaucoup trop chez Charlie, et bien trop peu chez Aurélyen. Il ne fallait pas se voiler la face, il n'était pas sensible pour un sous. Ce qui pouvait parfois lui jouer des tours... Mais que voulez-vous, quand on a un cœur de pierre. Il fit tout pour bloquer son esprit, et ne pas entendre ces paroles lancées par le jeune homme... Et pourtant, cela n'avait pas fonctionné. Il savait pertinemment bien que Charlie l'avait défendu, et par la même occasion lui avait sauvé la vie. Sans son acte, Aurélyen se serait sans doute fait viré de l'équipe, ce qui était la première phase d'une longue descende en enfers. En quelques sorte, il lui avait quasiment sauvé la vie, mais ça, jamais il ne l'accepterait, son égo était beaucoup trop gros pour l'accepter. En voyant le jeune homme chanter, il avait pensé passer un moment avec lui, mais là, tout lui prenait la tête, et la moindre parole de travers pouvait le transforme en monstre violent et cruel, le faisant exploser. Là, il n'avait eut droit qu'à un aperçu de ses mérites. Sa réputation n'était pas là pour faire jolie... malheureusement. Il était le Roi dans ce domaine et Charlie ne pouvait faire face à lui. Le pion, et le roi. Alors oui, il s'amusait à bouger son pion comme il le souhaitait, et ça, Charlie l'avait sans doute compris. Et pourtant... Il était toujours là. Ses conquêtes n'étaient qu'une bande de sado masochistes. Depuis le début, il ne traitait pas Charlie d'une façon correcte, et jamais il s'en était excusé. La première fois, à la soirée, il l'avait légèrement chauffé, et ils avaient terminé la soirée tous les deux... C'était la première fois que Charlie voyait Aurélyen d'une façon légèrement différent. Il avait été... Disons plus doux qu'en temps normal. A part ce rare moment, il avait traité le jeune comme le pire des cafards. Il s'en rendait bien compte. Malheureusement pour lui, son sur-égo lui répondit, et pas vraiment sur le ton d'un bisounours. Essayer de côtoyer Aurélyen n'était pas une chose facile, il fallait avec du courage, de la patience, et avoir la capacité de réagir au bon moment, de la bonne façon. Il fallait faire la part des choses...

    Je ne t'ai pas demandé de me défendre oké ? Tu l'as fais, tant mieux. J'en ai rien à branler. Le gentil gars tout mignon commence à me faire royalement chier, t'imagine même pas. Porte tes couilles une fois dans ta vie.

    Là, il avait été méchant. Il le savait. D'ailleurs, en voyant l'air dépité de Charlie, il ne pouvait que s'en vouloir... Il se défendait. Il ne voulait pas qu'on le protège, qu'on essaye d'être gentil avec lui. Il était un putain de connard, l'autre camps devant lui rendre la pareille. C'était logique. Mais non... Il était toujours aussi sympa. C'est alors que Charlie s'énerva. Ô grande surprise. C'était comme ça qu'il le traitait oui, un jouet qu'il prenait quand il voulait jouer, et qu'il remettait ensuite dans sa boite. C'était dégueulasse dans le fond... Tellement... cruel. Et pourtant, il ne répondit rien. Pas un mot. Il resta ainsi, couché, regardant le plafond, même s'il n'avait pas la structure sensitive et affective pour profiter de la beauté du lieu. A sa grande surprise, quelques secondes plus tard, il se coucha à côté de lui, regardant le haut, et lui demandant ce qu'il attendait de lui... Franchement, il n'en savait rien.

    Me cerner ? Tu dois commencer à me connaître Charlie.. Tu sais comment je suis. C'est à toi de voir si tu es... Je sais plus. Je suis moi, on ne me changera pas. Ma réputation est fondée.. Je vais être sincère avec toi, je suis le pire des connards que tu puisses connaître.

    Au moins, c'était dit. Soupirant, il se releva légèrement, s'adossant à l'aide d'une main, et regarda le jeune homme. Un larme venait de couler sur sa joue... C'était toujours le même scénario. Et là, il allait se relever, et partir. S'avançant légèrement pour être à ses côtés, pour l'étouffer avec son parfum qu'il connaissait déjà que trop bien, il chassa la gouttelette d'un doigt puis posa finalement sa main sur le torse du jeune homme, plantant son regard de feu dans le sien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie McElderry

avatar

Messages : 57
Pseudo : Dutchy English

THE WAY YOU ARE.
▬ JUKEBOX: Wild Horses; Susan Boyle
▬ RELATIONSHIP:
▬ TO DO LIST:

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. | Charlie   Mar 3 Nov - 17:22

Charlie resta interdit. Ce qu’il venait d’entendre le laissa sans voix, le terrassa même. Aurélyen avait cette capacité à blesser les gens, conscient de ce qu’il faisait sans un remords, sans un seul signe qui pouvait trahir un manque de confiance en lui. Le jeune Mc Elderry n’en croyait pas ses yeux. Pire, il était incapable de répondre quoique ce soit dans un temps imparti, il avait besoin de réfléchir, désarçonné. Il l’avait entendu des millions de fois qu’il était aussi sensible qu’une fille, qu’il n’était qu’un lâche, qu’une femmelette, un raté, un sale gay et d’autres encore, mais jamais il n’avait encore entendu qu’il était un gentil tout mignon sans couilles. Oui il était sensible, oui il était gay, oui il était généreux avec les gens qu’il aimait, mais pour lui il était hors de question de remettre en cause son sexe. Pas tous les hommes n’étaient que des gros machos qui se cognent dessus en riant comme des débiles. Il concevait l’homme autrement. Laissant échapper un rire nerveux bien que son visage trahisse cette expression de rire qui était plutôt une manière de cacher toute la peine qu’il lui avait faite, Charlie ne put que répondre, indigné :

« Et c’est à moi que tu dis ça ?! C’est à moi que tu dis ça, alors que tu aurais du être viré de l’équipe de foot si tu avais assumé ?! Tu échanges les rôles ! Et là y a pas tes copains pour se moquer de moi alors là encore t’as une part de responsabilité à assumer ! Finalement ce n’est pas moi qui porte pas mes couilles… »

Il rentrait dans le jeu d’Aurélyen, pire il en devenait presque méchant à lui tout seul, sauf que le ton ne s’y prêtait pas, ce n’était que de la légitime défense, il n’y trouvait pas du tout son compte. En fait, au contraire ça le rendait fou d’en arriver là. Il avait lui aussi besoin d’extérioriser, le vase débordait et il était incapable de le vider pourtant, trop lourd. Se calmant comme il le pouvait, étant assez surmené par ses émotions, il souffla un bon coup, savant pertinemment, toujours au sol, qu’Aurélyen ne lui apporterait aucune réponse. Cet être était bien trop complexe pour lui. Il avait pensé au départ qu’il renfermait un lourd secret, et qu’il n’était pas comme ça depuis toujours, ou peut être que cette carapace renfermait un malaise ? C’était possible, mais jamais il ne lui dirait, il pouvait en être certain. Certains se dévoilaient aisément, et pour d’autres la tâche était bien plus lourde. Détournant pendant quelques secondes, la tête vers celle d’Aurélyen, il fit volte face avant même que ce dernier ne prenne la parole. Ses mots sonnaient faux à l’oreille de l’Ecossais, qui ne put s’empêcher d’affirmer :

« Non. C’est ce que tu cherches à faire croire aux gens. Le connard c’est une carapace. C’est impossible de l’être, on le devient. Tu veux juste faire perdurer cette réputation pour te protéger. Du moins c’est ce que je ressens. »

Mais alors que Charlie s’était laissé aller à verser une larme, Aurélyen se rapprocha de nouveau de lui, de sorte à ce que Mc Elderry puisse s’enivrer – et certainement volontairement – de son parfum si ravageur, qui lui provoquait des émotions fortes. Puis, le doigt du plus jeune des deux vint glisser sur la joue de Charlie pour lui retirer cette larme qui faisait tâche. La main d’Auré vint ensuite se poser délicatement sur le torse de Charlie, qui avait visiblement de plus en plus de mal à, et résister à tout ce cirque, et comprendre. Il mourrait d’envie de déborder d’affection pour Aurélyen, mais il avait peur. Peur que ce dernier le repousse, peur d’aller une nouvelle fois trop loin et de se faire surprendre, peur tout simplement de s’avouer qu’Aurélyen n’était pas une simple conquête d’un soir. Mourant d’envie de se relever pour l’embrasser, il pesait le pour et le contre. Car s’il le repoussait une autre fois, il savait qu’il allait devoir faire face à la tempête, tandis qu’il pouvait avoir le beau temps. Tiraillé de toutes parts, il ferma un instant les yeux, juste pour apprécier cet instant encore quelques secondes, avant de pivoter de façon à se retrouver en appui sur son bras gauche, et regarda intensément le jeune homme en face de lui. Se sentant soudainement mieux, il approcha son visage de celui d’Aurélyen, et il embrassa ce dernier, peut être un peu timide, mais courageusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélyen F. Woodsen

avatar

Messages : 71
Age : 30
Pseudo : /

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. | Charlie   Mar 3 Nov - 19:29

    Il n'était pas du genre homme primaire, à cogner quand il ne comprenait pas les choses. Il fallait remonter bien loin pour essayer de piger les choses. Aurélyen était simplement... Une brute. Pas à frapper les intellos ou ce genre de chose, mais dans ses paroles, il était du genre violent, franc, et à dire ce qu'il pensait. Sur le moment. Il ne réfléchissait pas, d'abord il balançait son venir, après, il prenait la peine d'y penser... Ou pas. L'homme n'était pas pour lui une bande pote, une bière à la main, à se baguarer et se traiter de tous le nom, penser ça était mal le connaître, même s'il le comprenait, vu les réactions qu'il avait. Les paroles qu'il avait lâché à Charlie étaient méchantes, agressives, et ça avait dû lui faire un mal de chien, il le savait. Et pourtant, physiquement, il ne montra pas une seule fois les remords qu'il avait... Même si dans le fond, il l'avait blessé, et Charlie ne méritait pas ça. Mais vous l'aurez deviné, jamais il n'exprimerait à voix haute ses pensées. A nouveau, Charlie étonné le jeune homme. Il l'avait tellement poussé à bout qu'il commençait doucement à s'énerver, et même à devenir agressif et méchant. Mais il était face à Aurélyen. Outre mesure, il n'avait aucune chance à ce petit jeu. On ne jouait pas avec le roi quand on venait d'atteindre la tour. Un sourire - ironique - apparu sur son visage, c'était mignon à voir, ce retournement de situation, mais le plus drôle c'était qu'il ne devait pas trouver son compte dans cette attaque. La situation était restée au même endroit, et les choses n'avançaient pas... De plus, le ton qu'il avait utilisé manquait d'assurance, ou du moins d'entrain. Non, ce n'était pas lui. Alors qu'il allait rétorquer, prêt à éclater de rire, Charlie continua sur sa route, essayant de pénétrer dans une zone inaccessible. Une zone interdite. Et personne n'avait le droit d'en parler... Non, il n'avait aucun droit de dire de telles choses. Il planta son regard froid dans celui de Charlie et répondit, d'un ton étonnamment calme, ce qui pouvait être inquiétant.

    Tu ne me connais pas. Ne fais pas genre d'être celui qui a tout compris au phénomène Aurélyen. S'il te plait.

    Le s'il te plait incitait une non réponse. C'était du grand n'importe quoi. Tout le monde le savait qu'Aurélyen était comme ça, un salaud. Et pourtant, les gens continuaient à venir vers lui, même s'ils connaissaient leur sort... Sa main toujours posée sur le torse de Charlie, il le regarda, imaginant bien ses pensées tournées vers toutes les questions qu'il devait se poser... Devait-il se laisser faire ? Ou plutôt le repousser ? Devait-il le fuir comme la peste, et garder un vieux souvenir de lui ? Il imaginait bien ce genre de question. Charlie était en plein doute, et ça se ressentait... Et pourtant, après mille hésitation, il avança vers lui pour poser délicatement ses lèvres sur celle d'Aurélyen. L'anglais prolongea le baiser avec une certaine douceur, passant sa main derrière la nuque du jeune homme.. Il venait de céder, et tout d'un coup, Aurélyen avait oublié ce qui venait de se passer. Il transforma le doux baiser en un baiser un peu plus fougueux, poussant même le jeune homme, l'incitant à se laisser glisser par terre. Une fois fait, il glissa sur le côté pour finalement se mettre dessus, retenant toujours sa nuque avec précaution. Sa main libre passa sur la joue de Charlie, pour descendre à nouveau sur son torse, vers ses abdos, passant délicatement sa main sous son tee short, tout en continuant leur baiser, devenu de plus en plus fougueux. Ses baisers descendirent ensuite vers le cou de Charlie, mais contre toute surprise, il s'arrêta, pour fixer le jeune homme droit dans les yeux. Sa main remonta vers lui pour s'arrêter dans ses cheveux. Son regard de feu ne s'arrêta de fixer le sien.

    Il... Tu sais à quoi t'attendre avec moi Charlie, et je ne suis pas sûr que cela te correspond. Je resterai moi-même jusqu'au bout. Maintenant, c'est à toi de décider. A mes côtés, tu souffriras, ça tu peux en être sûr..

    Son ton avait été étrangement doux, et il était resté égal à lui-même. Il regardait toujours Charlie, savant très bien qu'il allait le faire souffrir, avec son caractère de connard. Charlie était-il prêt à souffrir seulement pour être dans les bras d'Aurélyen ? C'était un suicide, sûrement la pire chose à faire mais... C'était une explosion de sentiments. Lui qui se montrait si méchant pouvait à tout moment être doux, et agréable, même si ces paroles n'étaient pas des plus douces...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre inattendue. | Charlie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre inattendue. | Charlie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [5ème] Charlie et la chocolaterie ?
» C'est bon pour Charlie
» charlie et la chocolaterie
» Charlie et la Chocolaterie!
» Le jour où je me suis aimé pour de vrai (texte de Charlie Chaplin)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BEYOND THE DISTURB :: where is my head? oh, just here. :: Théâtre-
Sauter vers: