AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 I'm just a little too not over you ▬ JPadalecki ♦ pris.

Aller en bas 
AuteurMessage
Barbie Josephson

avatar

Messages : 11
Pseudo :
Credit : © woody pepper@bz; crystalchain@lj.

THE WAY YOU ARE.
▬ JUKEBOX: Down ♦ Jason Walker.
▬ RELATIONSHIP:
▬ TO DO LIST:

MessageSujet: I'm just a little too not over you ▬ JPadalecki ♦ pris.   Lun 2 Nov - 20:05


© deny1984@lj.

« I´m a Barbie girl, in a barbie world, life in plastic, it´s fantastic.
You can brush my hair, undress me everywhere.
Imagination, life is your creation.
»


Reyhan Lawrence
Vingt-huit ans, professeur à l'université d'Hesperia, célibataire.


    « Regarde-moi ça ! s'exclama une étudiante, sarcastique, qui détaillait le nouveau professeur, ce mystérieux Monsieur Lawrence. Ce n'est pas ce qui m'aurait étonnée. »
    À la remarque cinglante de sa camarade, Barbie fit volte-face pour s'immobiliser aussitôt. En effet, elle croisa le regard profond de son enseignement qui l'observait hâtivement, foudroyée par les sentiments de ces yeux si sombres. La petite brune dévisageait le jeune homme qui reporta son attention sur la classe. Reyhan sentait l'œillade soutenue de l'élève, cette élève à la beauté dangereuse. Barbie sourit malicieusement, anticipait par son amie qui lui murmura quelques mots à l'oreille.
    « Le prof'... Cap' ou pas cap' ?
    - Toujours cap', répondit Josephson dans un éclat de rire, cristallin. »
    Lawrence continuait son cours, inconscient des malheurs qui allaient s'ensuivre.

    _______


    « J'observais son visage, souriant malgré le sommeil. Ses lèvres closes, sa poitrine se soulevait au rythme de sa respiration régulière. Elle dormait profondément, à mes côtés. Sa tête reposait légèrement sur mon bras, j’enroulais ses hanches de mon emprise protectrice. Je réalisais enfin la scène qui venait de se dérouler sous mes yeux. Elle m'avait suivi... jusqu'aux devants de mon appartement. Elle m'y attendait même, adossée à la porte, inconsciente sûrement de toute cette assurance qu'elle dégageait, si intense que cette image en était troublante. Je m'avançais, comme si elle n'était pas si près de moi, comme si elle n'avait pas posé sa main sur mon épaule. Je tournai la clef dans la serrure et entra, suivie de près. Je me devais de feindre sa présence, d'ignorer cette pulsion qu'elle s'empressait de traduire, caressant mon dos. Je me retournai vivement, tout en déclinant ses propositions. Je murmurai mon refus, tout en l'embrassement sauvagement.
    J’étais un homme brisé, un écorché vif, tandis qu’elle se trouvait dans mes draps, après avoir partagé en ma compagnie une nuit mouvementée. J'avais osé céder, alors que je me l'étais interdit. L’enfant qui sommeillait contre mon torse ne pouvait davantage ruiner ma vie en restant auprès de moi. Et pourtant, je ne parvenais pas à nier cet intense besoin.
    Je m’endormis à mon tour, torturé.

    À mon réveil, elle m’avait quitté. Je l’avais ressenti dès que je fus sorti de mon repos. Son absence me blessa, et je me redressai calmement, j’observai la pièce qui paraissait, à présent, tellement vide. Je m’extirpai du lit avant d’enfiler le pantalon qui jonchait le sol, aux côtés du tee-shirt que je portais la veille. Nos activités nocturnes nous avaient effectivement amenés à parsemer nos vêtements dans la chambre à coucher. Sans prendre la peine d’allumer la lumière, je gagnais machinalement la cuisine. Je fouillai un placard, somnolent, lorsque je l'aperçus, ce petit bout de papier déposé sur la table.
    J'ai gagné.
    Elle m'avait bien eu.
    »


    Elle pleurait, assise dans les marches de son immeuble, celui où elle n'aurait jamais dû se rendre et pour la première fois, elle regrettait. Elle se savait idiote, mais à ce point ? Pourquoi avait-elle écrit ses mots, alors qu'elle le voulait vraiment. Elle n'avait jamais réellement tenu à quelqu'un, mais cet homme-là, son professeur, ce mystérieux jeune homme torturé, elle voulait tenter de le garder. Elle regrettait de n'être pas restée pour discuter de leur situation, pour imaginer demain.
    La dernière fois qu'elle avait pleuré, c'est lorsqu'elle avait perdu son chien.


    _______


    Situation présente, une semaine après leur nuit passée ensemble.
    Barbie regrette, mais nie évidemment ses sentiments. Reyhan la désire en secret, mais pense que leur histoire est finie, sans qu'elle ait commencé.

    Je propose donc Jared Padalecki pour mon scénario, l'avatar n'est pas réellement négociable. Le passé du personnage est libre, bien qu'il doive expliquer son comportement d'écorché vif, déchiré par les déboires de la vie. Ainsi, le caractère est plutôt défini, un homme mystérieux et peu loquace, relativement froid, bien que sensible, sous cette façade.
    Pour ce qui est du jeu, nous y voilà. Prenez s'il-vous-plaît ce rôle seulement s'il vous intéresse réellement. Vous n'avez pas besoin de rédiger une centaine de lignes, ce n'est pas ce que je recherche d'ailleurs, mais un bon sens de l'orthographe ainsi que de la syntaxe sont requis. Pour ce qui est de l'activité, je ne vous demande pas d'être là tous les jours sur le forum, mais deux réponses minimum par semaine devraient être suffisantes.

RÉSERVÉ.


Dernière édition par Barbie Josephson le Mar 3 Nov - 0:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reyhan Lawrence

avatar

Messages : 10
Pseudo : sweet pea
Credit : Hysteriatic

MessageSujet: Re: I'm just a little too not over you ▬ JPadalecki ♦ pris.   Lun 2 Nov - 22:10

    comme tu le sais, je suis là (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
I'm just a little too not over you ▬ JPadalecki ♦ pris.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pilule du lendemain
» Souffle d'ombre
» ça vous fait peur ça aussi?
» Pour les filles: quelqu'un prend la pilule JASMINELLE?
» Allergie aux médicaments

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BEYOND THE DISTURB :: I wanna become a heros. :: Screenplay :: Scénarios pris.-
Sauter vers: